to be or not to be

prendre le temps de faire une pause et méditer

 

Sage à ses propres yeux

« Mieux vaut un jeune garçon pauvre et sage, qu’un roi vieux et sot qui ne sait plus être averti. » Ecclésiaste 4.13

« Si quelqu’un pense savoir quelque chose, il ne connaît rien encore comme il faut connaître, mais si quelqu’un aime Dieu, celui-là est connu de lui. » 1Corinthiens 8.2,3

« Je ne sais qu’une chose, c’est que je ne sais rien », affirmait Socrate. Il avait fait de ce paradoxe le fondement de sa philosophie. Socrate avait conscience que, dans sa quête de la sagesse, tout son savoir ne suffisait pas. Son intuition rejoint le langage des Proverbes : « As-tu vu un homme sage à ses propres yeux? Il y a plus d’espoir pour un sot que pour lui » (Proverbes 26. 12). Etre satisfait de sa propre sagesse, n’est-ce pas de la prétention ? La vraie sagesse, au contraire, est humble, elle estime l’autre supérieur à soi-même et sait l’écouter. Un bon manager, par exemple, doit savoir reconnaître la valeur de ses collaborateurs et tenir compte de leur avis. Beaucoup de conflits n’existeraient pas si on savait humblement écouter l’autre.

Si l’humilité et l’écoute sont nécessaires dans mes relations avec les autres, combien plus encore dans mes relations avec Dieu ! Que suis-je devant lui ? Dieu nous dit lui même  : « Ecoutez, et cotre âme vivra » (Esaïe 55. 3). C’est le point de départ pour devenir chrétien : écouter Dieu.

Mais devant Dieu, il faut plus que l’humilité, il faut la foi qui reçoit la Parole de Dieu. Et cela reste vrai tout au long de notre vie de chrétiens. Avec les années, le danger nous guette de remplacer la vie de la foi par une existence fondée sur notre connaissance, notre sagesse et nos expériences. Une telle attitude nous éloignerait du Seigneur. Restons à l’écoute de sa Parole et des sollicitations de son Esprit qui nous montre ce qui, dans notre vie, a besoin d’être corrigé.

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le 13 décembre, 2010
A 15:10
Commentaires : 0
 
 

Quel amour

Au nom de l’amour : voilà un thème populaire dans la littérature, les chansons, les films ! Que ne fait-on pas au nom de l’amour ? On convoite, on trompe. On tue même au nom de l’amour ! Tout cela parce que l’amour humain, en fait fortement motivé par l’amour de soi-même, est si proche de la haine.

Le verset cité ce jour montre que le véritable amour ne peut venir que de Dieu. Il a été manifesté envers l’homme lorsqu’il est apparu dans la personne de Jésus Christ. Le Fils de Dieu est venu faire connaître le coeur du Père. L’amour de Dieu peut être vu aussi dans la vie d’un chrétien à travers l’humilité et l’oubli de soi. L’amour ne se glorifie pas, ne s’enfle pas d’orgueil, car il il ne pense pas à soi, ne se compare pas aux autres, mais se met à leur service.
Chrétiens, souvenons-nous que nous ne possédons pas l’amour en nous-mêmes ! Il n’émane pas de notre propre nature humaine, qui est incapable de faire le bien selon Dieu. Christ a montré dans toute sa vie ce qu’est la vraie humilité, et sa mort pour des êtres haïssables est la plus grande expression de son amour. Il nous a fait connaître Dieu qui est amour (1 Jean 4. 8). Maintenant l’amour de Dieu est « versé dans nos coeurs par l’Esprit sain » (Romains 5. 5), afin qu’il soit visible autour de nous. C’est la responsabilité et le rôle de tout chrétien de faire connaître l’amour de Dieu qui, dans sa pureté, « se réjouit avec la vérité » (1 Corinthiens 13. 6).

L’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu … Dieu est amour. En ceci a été manifesté l’amour de Dieu pour nous : c’est que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. 1 Jean 4. 7-9

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le 12 juillet, 2010
A 8:17
Commentaires : 0
 
 

Dieu entend, Dieu écoute

Pensée impressionnante : aucune parole prononcée n’échappe au Dieu souverain. Mensonges, blasphèmes, injures, grossièretés, sont perçus par Dieu comme autant d’outrages de la part de sa créature. Et « de toute parole vaine qu’ils auront dite, les hommes rendront compte au jour du jugement » (Matthieu 12. 36). Heureux sont ceux dont les péchés sont effacés par le sang de Jésus, ceux qui ont mis leur confiance dans le Sauveur. Il ne viendront pas en jugement. Mais leurs paroles à eux aussi sont entendues par Dieu. Chrétiens, qu’aucune parole inconvenante ne sorte de notre bouche et ne vienne attrister notre Seigneur qui nous a rachetés au prix de sa vie (Éphésiens 4. 29 ; 5. 3, 4). Faisons plutôt monter vers lui des remerciements pour tous ses bienfaits, et des prières confiantes, en lui exposant librement nos besoins. Non seulement il les entend, mais il écoute, il y est attentif et il y répond (Psaume 65. 2).

Il est attentif aussi à tous les propos que ses enfants échangent entre eux. Il prend plaisir à les entendre parler ensemble de sa bonté, des réponses à leurs prières, de leur espérance d’être bientôt avec Jésus. Par-dessus tout, il aime les entendre parler l’un à l’autre de leur commun Sauveur. Il faut pour cela que leurs coeurs et leurs pensées soient occupés de lui : « De l’abondance du coeur, la bouche parle » (Matthieu 12. 34). Si nopus aimons le Seigneur, il sera plus souvent le sujet de nos conversations, et notre Père en sera réjoui.

Les justes crient, et l’Éternel entend, et il les délivre de toutes leurs détresses. Psaume 34. 17

Ceux qui craignent l’Éternel ont parlé l’un à l’autre, et L’Éternel a été attentif et a entendu. Malachie 3. 16

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le 7 juillet, 2010
A 6:51
Commentaires : 0
 
 

La vie, une navigation à risques

La navigation était très périlleuse avant que les grands navigateurs du 16ème siècle ne réalisent les premières cartes maritimes. Considérablement perfectionnées depuis, elles ont permis aux bateaux, jusqu’à une période récente, de se diriger sur un océan sans repères, aux dangers sournois. Par ailleurs les phares, bouées, balises sont autant de panneaux de signalisation. L’observation de toutes ces indications est un gage de sécurité pour le navigateur.

La vie est parfois comparée à un voyage sur les mers. Voyager sur l’océan de la vie est une opération à risques. Où sont les repères pour réussir sa vie, au milieu de tant de dangers ? Un chrétien a écrit : « La Bible est une carte de navigation établie par Dieu lui-même. D’un bout à l’autre, elle renferme des indices montrant les écueils, bas-fonds, sables mouvants sur lesquels ont fait naufrage des milliers d’hommes qui faisaient la traversée d’un océan qui s’appelle la vie. »

Le livre des Proverbes, en particulier, contient des avertissements, des conseils pour bien diriger sa vie. Avec des sentences courtes, imagées souvent, il oppose sagesse et folie, bonheur et malheur, vie et mort … De nombreux sujets sont abordés : travail, paresse, argent, sexualité, fuite du temps, acquisition des richesses, relations avec autrui, utilisation de la parole, etc. Et si beaucoup d’histoires d’hommes et de femmes sont rapportées tout au long de la Bible, sans rien nous cacher de leurs erreurs, de leurs péchés, c’est pour que nous en tirions des leçons pour diriger notre propre vie.

Parce qu’ils … n’ont pas choisi la crainte de l’Eternel, qu’ils n’ont point voulu de mon conseil … ils mangeront du fruit de leur voie … Mais celui qui m’écoute habitera en sécurité et sera tranquille, sans crainte du mal. Proverbes 1. 29-33

Toutes ces choses … ont été écrites (dans la Bible) pour nous servir d’avertissement. 1 Corinthiens 10. 11

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le
A 6:34
Commentaires : 0
 
 

L’école de Dieu

Le croyant est entré à l’école de Dieu lorsque le Seigneur Jésus est devenu son Sauveur. Il y reste jusqu’à la fin de sa scolarité, c’est à dire jusqu’à la fin de sa vie sur la terre.

Dans cette école, Jésus Christ lui-même est l’enseignant. Il l’est pour tous, mais il sait s’adapter au rythme de chacun. une relation de confiance se développe entre le maître et l’élève, source de motivation pour progresser.

Le manuel scolaire, c’est la Bible. Par elle, on apprend ce que Dieu pense des hommes, l’intérêt qu’il leur porte, ce qu’il a déjà fait et veut faire encore en leur faveur. Il faut la lire, la mémoriser, de façon à pouvoir s’y référer dans n’importe quelle situation.

Il y a aussi des travaux pratiques. Ce sont toutes les situations de la vie courante dans lesquelles on met en application ce qu’on a appris. Dieu ne veut pas seulement des têtes pleines de doctrine, mais surtout des vies en accord avec ce qu’on a compris. C’est sa grâce qui nous instruit « pour que, reniant l’impiété et les convoitises mondainesç, nous vivions dans le présent siècle sobrement, justement et pieusement » (Tite 2. 12).

Parfois, il y a des tests, des épreuves particulières qui révèlent les progrès du chrétien. Le Seigneur veut que nous les traversions avec lui, pour nous en faire sortir plus forts. Enfin, il y aura un jour une distribution des prix dans le ciel. Personne ne sera oublié. Les mieux récompensés ne seront pas forcément ceux qui savaient tout, mais ceux qui auront fidèlement utilisé les capacités que Dieu leur avait données pour marcher d’une manière digne du Seigneur.

Je t’instruirai, et je t’enseignerai le chemin où tu dois marcher; je te conseillerai, ayant mon oeil sur toi. Psaume 32. 8

… Pour marcher d’une manière digne du Seigneur afin de lui plaire à tous égards, portant du fruit en toute bonne oeuvre, et croissant par la connaissance de Dieu. Colossiens 1. 10

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le 3 juillet, 2010
A 7:21
Commentaires : 0
 
 

Faites ceci en mémoire de moi

« Il semblerait que les chrétiens peuvent oublier Christ ! Il ne devrait pas y avoir besoin de cette exhortation affectueuse, s’il n’y avait pas la supposition affreuse que nos mémoires puissent prouver leur traîtrise. Mais ce n’est pas une vaine supposition : hélas ! il est bien confirmé, par notre expérience, que ce n’est pas une possibilité, mais un fait lamentable. Il apparaît presque impossible que ceux qui ont été rachetés par le sang de l’Agneau sur la croix, et qui ont été aimés d’un amour éternel par le Fils éternel de Dieu, puissent oublier ce Sauveur. Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est, hélas ! un cas fréquent. C’est trop apparent à l’oeil pour nous permettre de nier ce crime. Oublier celui qui ne nous a jamais oubliés ! Oublier celui qui a versé son sang pour nos péchés ! Oublier celui qui nous a aimés même jusqu’à la mort ! Cela peut-il être possible ? Oui, cela n’est pas seulement possible, mais la conscience confesse que c’est trop tristement une faute pour chacun de nous, et que nous acceptons qu’il soit quelqu’un de passage, que nous hébergeons pour une nuit. Est-ce que vous ne trouvez pas que vous êtes vous-même quelques fois oublieux de Jésus ? D’autres créatures accaparent votre coeur. Quelques affaires terrestres retiennent votre attention alors que vous devriez fixer votre oeil fermement sur la croix. C’est l’agitation continuelle du monde, l’attraction constante des choses terrestres qui écartent notre âme de Christ. »

C. H. SPURGEON (1834-1892)

 Souviens-toi de Jésus-Christ, ressuscité d’entre les morts. 2 Timothée 2. 8

J’ai contre toi que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc … : repens-toi. Apocalypse 2. 4

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le 2 juillet, 2010
A 8:46
Commentaires : 0
 
 

Surbooking

Le « surbooking », ou réservation, consiste pour les transports aériens à vendre plus de billets que de places disponibles en misant sur la défection d’un certain nombre de passagers. Ainsi les avions sont parfois si pleins que les derniers arrivants n’ont pas de place. Ce terme s’emploie aussi dans la vie courante : on est « surbooké » quand on a un emploi du temps surchargé, ce qui est de plus en plus fréquent.

Le téléphone portable collé à l’oreille, l’agenda électronique dans la poche et l’ordinateur sous le bras, les « branchés » du monde moderne n’ont pas une minute à eux. Accaparés par leurs multiples activités, ils épuisent leur temps et parfois leur santé, et risquent de passer à côté de l’essentiel.

Amis chrétiens, soyons vigilants et ne nous laissons pas déborder par une suractivité néfaste à notre vie spirituelle. Gardons du temps et de l’énergie pour le Seigneur. La Bible nous invite à nous exercer à la piété (1 Timothée 4.7), c’est à dire à entretenir une vraie relation avec Dieu. Cela suppose que nous mettions du temps de côté pour l’écouter (par la lecture de sa Parole), pour lui parler (par la prière), et pour assister à des réunions chrétiennes.

Autrefois, un prophète a interpellé ainsi un jeune homme : « Et toi, arrête-toi maintenant, et je te ferai entendre la parole de Dieu » (1 Samuel 9. 27). Il faut capter cet appel de l’amour divin et écouter attentivement Dieu nous parler.

Mieux vaut le creux de la main rempli, et le repos, que les deux mains pleines, avec le travail et la poursuite du vent.

Ecclésiaste 4. 6

Quel profit y aura-t-il pour un homme s’il gagne le monde entier et fait la perte de son âme ?

Marc 8. 36

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le 30 juin, 2010
A 7:51
Commentaires : 0
 
 

Quand le monde devient foot

Certaines semaines ne sont pas faites pour ceux que le football n’intéresse pas, et qui ont de bonnes raisons de ne pas se passionner pour « la Coupe du monde » ! Quand ils entendent : « L’essentiel dans la vie, c’est le foot », non, vraiment, ils ne comprennent pas.

Nous ne contestons à personne le droit d’être heureux sur un stade. Mais la passion éprouvée suffit-elle à combler nos aspirations les plus profondes ? Ne risque-t-elle pas de nous faire oublier que nous sommes à la recherche d’un sens à notre vie et d’un bonheur durable ?

La Bible nous dit que le monde d’aujourd’hui est condamné parce qu’il vit loin de Dieu, sans se soucier de ses droits. C’est pourquoi l’homme est si perturbé, souvent malheureux. Tout ce qu’il fait pour oublier ses échecs le prépare à un réveil d’autant plus douloureux quand Dieu lui apparaîtra comme le juge souverain. Mais voici que Dieu lui tend la main et lui offre la réconciliation. Il a donné son Fils en sacrifice pour sauver les humains. Celui qui le désire peut donc entrer en relation avec lui et le connaître personnellement.

Si vous acceptez ce qu’il vous offre, en croyant ce qu’il dit – car sa Parole est la vérité – vous entrerez alors en relation avec Dieu. Les certitudes, la paix, la joie et l’ésperance que Dieu donne rempliront vos pensées. Vous pourrez apprécier tous les événements à leur juste valeur. Les plaisirs légitimes dans votre vie de tous les jours ne vous laisseront plus seul et désemparé quand, tôt ou tard, ils prennent fin.

 Mangeons et buvons, car demain nous mourrons ! 1 Corinthiens 15.32

Et que ferez-vous à la fin ? Jérémie 5. 31

Repentez-vous et croyez à l’évangile. Marc 1.15

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le 29 juin, 2010
A 15:48
Commentaires : 0
 
 

Se pencher sérieusement sur la Bible

Michael Chang, célèbre champion de tennis, déclarait lors d’une interview : « Je fais confiance à Christ pour tout dans ma vie. Je suis devenu chrétien à l’âge de 15 ans. Je faisais beaucoup de recherches spirituelles. Je pense que c’est un âge particulier où l’on se pose beaucoup de questions sur les choses de la vie. Je me posais une foule de questions. Mes grands parents m’ont donné une Bible. Ils voulaient que je la lise chaque jour. Et un soir où je n’avais rien de particulier à faire, je décidai de me pencher sérieusement sur la Bible pour voir ce qu’elle avait à me dire.

J’ai découvert que les sujets traités par la Bible concernant les relations d’amitié et d’amour en général étaient réellement purs, vrais; et dans un sens, ils étaient tels que j’aurais aimé conduire ma vie. Alors j’ai commencé à lire la vie de Jésus et à comprendre son amour pour tout le monde. Je l’ai donc accepté comme mon Seigneur et Sauveur. »

Et vous, vous êtes-vous déjà penché sérieusement sur la Bible ? Si nous lisons la Bible sans a priori, avec humilité, Dieu agit en nous par son Esprit qui éclaire notre intelligence et notre coeur. Nous découvrons que ce Dieu que nous ne pouvons pas voir avec nos sens naturels est le Dieu qui aime tous les hommes sans exception. Il s’est révélé dans son Fils, « l’homme Christ Jésus », et ainsi nous est devenu tout proche. Jésus n’est pas venu pour juger, mais pour sauver ceux qui croient en lui, en se livrant lui-même pour ôter leurs péchés. La Bible n’est pas un livre comme les autres, c’est la parole de Dieu donnée aux hommes.

« Cherchez dans le livre de l’Eternel, et lisez. » Esaïe 34. 16

« Bienheureux… ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent. » Luc 11. 28

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le 21 juin, 2010
A 10:01
Commentaires : 0
 
 

La foi, une béquille ?

La foi chrétienne est à la portée de ceux qui ne se croient pas invincibles, qui sont conscients qu’il y a une fracture grave dans leur vie. Jésus savait fort bien que, d’un point de vue moral, personne n’était en bonne santé. Mais la plupart d’entre nous refusent d’admettre leur « infirmité », même si elle est évidente aux yeux de tous. Pourtant, en maintenant ce refus, nous nous condamnons à passer le reste de notre vie à « boiter ». Les béquilles de fortune - éducation, pratiques religieuses, bonnes oeuvres variées - ne nous conduiront jamais vers la guérison. Jésus ne nous offre pas une béquille, mais la guérison.

L’évangile (mot qui signifie bonne nouvelle) nous apprend que Dieu en personne est intervenu en Jésus Christ, pour nous conduire à la guérison radicale, complète, en nous donnant une vie nouvelle. A l’encontre de toute logique humaine, Jésus Christ a fait cela en mourant pour nous. Notre méchanceté avait érigé un mur infranchissable entre nous et Dieu. Mais Jésus l’a détruit parce qu’il a pris nos péchés à son compte et ainsi, il nous a acquis le droit au pardon. Il a été en mesure de le faire parce qu’il était à la fois Dieu et homme parfait.

Dieu donne donc à l’homme une vie nouvelle, celle de Christ, qui nous libère des entraves du passé, de l’esclavage du péché et de la crainte de la mort. Elle nous rend capables de vivre, dans une mesure, comme Christ, en relation avec Dieu et pour le bien  de notre prochain. Reconnaissons la nécessité du pardon divin dans notre vie. Elle sera comblée et rendue fructueuse par Jésus qui nous guérit.

Jésus leur répondit : Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs à la repentance.

Luc 5. 31, 32

Dans : Bonne semence
Par tingoha
Le 13 avril, 2010
A 13:15
Commentaires : 0
 
12
 
 

Justina Angebury |
Réservation 2010 - Furet / ... |
sac à mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le blog du Dr. Drake
| doc Dilo
| Les échos d'Altaïr